Maraudeur's Time


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Une vague de colère (Pv Lily)

Aller en bas 
AuteurMessage
Evan Rosier
Serpentard ¤~

avatar

Masculin Nombre de messages : 221
Age : 29
Date d'inscription : 26/02/2009

Pensine ¤
Gallions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Une vague de colère (Pv Lily)   Ven 24 Avr - 21:16

Evan se promenait dans les couloirs de manière paisible. Il était encore tôt et peu de personne était réveillé, d'ailleurs, quand il rentra dans la Grande Salle, il y avait qu'une dizaine d'étudiants, il poussa un soupire et s'installa à sa table pour manger quelque peu. Il se passa la main dans les cheveux avec ennui. Ses yeux bleu transpirait la tristesse et l'incompréhension, la discussion qu'il avait eu avec Sofia ne le quittait plus, il ne savait plus quoi faire. Il avait à peine dormi de la nuit, se tournant trop pour pouvoir dormir tranquillement.

Sous ses yeux, il était légèrement cerné d'ailleurs. ça se voyait qu'il était triste et qu'il n'était pas comme d'habitude. Parce que d'habitude, Evan Rossier était parfait. Son uniforme était toujours impéccable, ses sourires enjoleurs et ses yeux pétillant de malice. C'était un dragueur né, il avait son succés. En même temps, la concurrence chez les garçons de Serpentard n'était pas très rude, bhein ouais, Rogue avec sa sale face rempli de graisse n'attirait pas vraiment les filles.

Une fois son repas fini, il se leva et partit faire un tour, il n'avait pas envie d'être là quand les élèves commenceront à arriver, il n'avait pas non plus envie d'être là pour voir Sofia arriver...

Ses pas le menèrent vers le terrain de Quidditch, le jeune homme hésita quelques instant et monta dans les gradins. Il avait une vue imprenable. Le jeune homme fit un piètre sourire et il se coucha sur un banc. Malgré ses efforts, dès qu'il fermait les yeux, il réentendait les paroles de Sofia. Son visage exprima soudain la colère et sans la moindre hésitation, il sentit une vague de pur haine exploser en lui... tout comme un banc un peu plus loin dans un bruit assourdissant. Le jeune homme ne prit pas la peine de réouvrir les yeux, il réparerait plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rabastan Lestrange
Petit Moldu, petit moldu, tu t'es perdu ?

avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 21/04/2009

Pensine ¤
Gallions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une vague de colère (Pv Lily)   Sam 25 Avr - 15:20

    Une brume éternelle s'épanouissait devant le soleil, la vapeur brut envahissant peu à peu le léger atmosphère qui emplissait l'extérieur. Le lac, sa surface lisse aux apparences impassibles, était agité par quelques remous, les algues sous marines animant leurs abîmes par de méticuleuses chorégraphies. Quelques oiseaux volaient, par delà l'horizon, leurs silhouettes n'étant que de tristes ombres poursuivant d'envoûtants arabesques dans lesquels se perdait volontiers Lily. Elle était assise, dans l'ombre d'un été qu'elle soupçonnait fuguasse et jouait, si l'on peut dire, au gardien du soleil. Une courte ondée l'avait maintenue éveillée depuis minuit, empêchant la douce Gryffondor de s'évader dans un sommeil qu'elle redoutait. Quelques jours étaient passés sans qu'elle ne parvienne à saisir le sens des cauchemars qui la poursuivaient, dès qu'elle fermait les yeux. Elle voyait ses parents aux prises avec des mangemorts, elle voyait Poudlard en feu, elle voyait ... Encore beaucoup d'autres choses, plus horribles les unes que les autres. Ne pas dormir mettait la belle à rude épreuve, tant elle exploitait sa journée comme le pire bourreau de travail. Feuilletant les livres, écrivant des dizaines de parchemins, elle avait les poignets en miette et le dos courbé à chaque fin de journée scolaire. Ces temps-ci, il lui était aussi impossible de percevoir les dons d'Orphée, ceux-ci étant devenus des cadeaux empoisonnés. La hantise la guettait, guidait ses pas et peu à peu, enfouissait la véritable personnalité de celle que tous, professeurs comme élèves, connaissaient si bien. Aimable et amicale, il était rare de la voir si irritable et renfermée que ce jour-là. Heureusement, c'était une heure suivant de peu l'aurore, et elle avait tout le temps nécessaire pour se trouver un coin reculé, où elle pourrait laisser s'envoler son amertume. Celle-ci, elle l'espérait, s'évanouirait au coeur d'un jour nouveau pour ne laisser aucune trace dans l'esprit déjà meurtri de la préfète. Une mélodie bourdonnant aux oreilles, elle laissa ses pieds choisir pour elle, et se contenta de balancer la tête lentement, au rythme de la nature verdoyante.


    Etat d'esprit lamentable, humeur exécrable, en aboutit forcément une envie de solitude immédiate. Penchée sur une pelouse qui n'avait en réalité rien de bien exceptionnel, c'est en croyant reconnaître la voix de l'un des maraudeurs qu'elle se mit à accélerer le pas. Elle ne voulait voir personne, surtout pas eux. Dès qu'ils se rencontraient, elle et cette bande stupide, il y avait toujours un moment où ça dérapait en conflit. Elle ne supportait pas leur humour, ils ne supportaient pas sa réflexion, c'était tant pis pour eux. Le seul qu'elle appréciait plus ou moins restait Remus, avec qui les conversations étaient variées, du moins réparties dans un choix plus large que le Quidditch, et les maraudeurs. En voyant Peter, c'était de James qu'il parlait. En discutant avec Sirius, c'était les cognards et les battes, et avec James ... Pas grand-chose. Il était étrangement silencieux, lorsqu'elle était dans les parages, bien qu'il n'ait toujours pas cessé de se pavaner dans les couloirs du château. Etrangement, il semblait s'assagir, avec le temps ...

    Avec la paume de la main, elle se frappa le crâne. Qu'est-ce qui lui arrivait de penser à des choses aussi dénuées d'intérêt ? Sans doute ces sauts d'humeur qui la forçait à faire le ménage dans sa tête. Soit, mais on ne peut soustraire qu'en songeant à tout cela, elle avait atterrie au beau milieu du terrain de Quidditch. Les buts s'élevaient vingt mètres plus haut, d'énormes anneaux aux couleurs neutres se dressant fièrement face à leurs égaux, deux-cent pieds plus loin, alignés sur les mêmes lignes. Toujours aussi impressionnée par la différence de proportion entre elle et le terrain, elle envisagea d'aller s'asseoir au pied d'un poteau, pour pouvoir se tenir droite. Elle commençait à s'installer lorsqu'un " BOUM " explosif retentit. Instinctivement, elle pivota sur ses talons et sortit sa baguette en direction d'un point invisible. De toute évidence, le bruit venait des gradins. Elle ramassa le livre qu'elle avait laissé sur l'herbe humide et se dirigea vers une tribune au hasard, montant les marches deux à deux. Une fois arrivée en haut - est-il utile de préciser qu'elle était à bout de souffle ? - elle tomba sur une étendue de banc tout ce qu'il y avait de plus normal, qui, manifestement, appartenaient aux Poufsouffle. Elle se pencha sur la rembarde la plus proche du vide et jeta un coup d'oeil, espérant voir quelque chose dans les autres loges. Rien, rien, rien ... Devenait-elle aussi folle ? Que nenni, les Serpentard avaient oublié l'un de leur supporter. Il - ou elle ? - était affalé(e) sur un banc, sans se préoccuper de celui qui venait d'exploser à un ou deux rangs de lui. Fronçant les sourcils, la jeune fille, qui n'était qu'à deux tribunes de la personne qu'elle soupçonnait être sourde, cria à son adresse.

    -" Hé ! Tu m'entends ? Oh, ho ?! "

    Elle agitait les bras, comme le calmar géant, et finit par se rendre à l'évidence : elle ne parvenait pas à obtenir l'attention de l'autre sorcier. Alors, loin d'être prête à abdiquer, elle grimpa sur une chaise isolée et haussa le ton, hurlant plus ou moins, à présent.

    - " Y'a un banc qui vient d'exploser, t'as entendu ? Et il y a ses choses, qu'on appelle des débris, qui pourrait éventuellement t'amocher la tête, si tu restes à côté ! Tu le sais, ça ? "


    Résolue à se faire écouter mais n'en étant pas certaine, elle pris le chemin inverse, bien décidée à aller réveiller cet étudiant qui semble feindre la surdité.

    Spoiler:
     


Dernière édition par Lily Evans le Dim 4 Avr - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Rosier
Serpentard ¤~

avatar

Masculin Nombre de messages : 221
Age : 29
Date d'inscription : 26/02/2009

Pensine ¤
Gallions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une vague de colère (Pv Lily)   Sam 25 Avr - 19:46

Evan leva les yeux au ciel en entendant le monologue de l'autre personne, comme s'il n'avait que cela à faire, il savait parfaitement bien se gérer tout seul et il n'avait rien à craindre. Elle était bête ou quoi? C'était lui qui avait fait cette explosion ! Il avait beau avoir des pulsions colériques, il ne voulait pas non plus se blesser. ça ferait trop plaisir à Sofia! Et il ne voulait pas faire cela. En entendant la voix de la fille (une voix aigüe et désagréable soit dit en passant) il poussa un soupire désespérée. Sans doute une idiote superficielle de Poufsouffle qui était en manque d'amis. Il poussa un soupire rassuré quand il n'entendit plus sa voix criarde. Il espéra qu'elle était partie en croyant qu'il dormait paisiblement.

Puis, profitant de la nouvelle tranquillité, il observa le ciel, le brise était froide à cause de l'aurore encore trop proche. Il régnait une légère humidité dans l'air mais cela ne dérangea pas le jeune homme. Il observait avec immobilité le ciel qui prenait tour à tour une couleur à chaque fois plus clair. Evan s'amusait surtout à observer les formes des nuages. Il s'occupait l'esprit ainsi et pouvait continuer de méditer tranquillement. Ainsi il ne pensait pas à sa meilleure amie qui l'avait trahi.

Puis, finalement, il entendit des bruits de pas qui montait vers sa tribune. Evan poussa un soupire excédé et se redressa brusquement. Il se passa la main dans les cheveux dans un geste d'exaspération et il fusilla l'entrée de la tribune, prêt à engueuler la personne qui allait franchir son endroit où il pouvait être calme. Il était trop sous tension, et cela se voyait dans les traits de son visage contracté, la fureur voir rage qui brillait dans ses yeux bleus, habituellement rieur, faisait peur et le fait qu'il contracte son arrêt le poing ne lui donnait que l'air bagarreur. Si c'était un garçon de Gryffondor, Evan se battrait sans la moindre hésitation. Juste pour essayer de faire sortir cette colère refoulé, juste pour exprimer sa rage sur quelqu'un.

Et c'était la première fois de sa vie qu'il avait ce genre de sentiment. Evan était quelqu'un de prudent d'ordinaire, pas bagarreur pour un sous, il était plus le genre de garçon à provoquer les autre tout en se cachant derrière des plus fort afin d'être protégé. Il ne prenait jamais de risques inconsidéré. Il réfléchissait toujours avant d'agir. Il était calculateur même, surtout avec les filles, il savait parfaitement comment les attirer, c'était justement le pourquoi de sa réputation de coureur. En même temps, le physique aidant.

Quand il entendit le grincement de la porte s'ouvrir enfin. Evan était debout, de toute sa hauteur, ses habits d'ordinaire impeccable étaient chiffonnés et mal mis. Il avait posé ses mains sur ses hanches, le regard froid, il regardait l'autre personne avec un profond mépris. Lily Evans. La petite Préfète des Gryffondors, Evan eut un rictus méprisable.

"Casse-toi"
claqua-t-il avec froideur. "J'ai envie d'être seul et ce que je fais n'a rien d'illégal." siffla alors le jeune homme en plissant les yeux.

Chez les Serpentards, Evan avait l'habitude d'être obéi alors, tout en tournant le dos à la jeune fille, il se recoucha, en attendant aucune réponse de sa part mais bien un consentement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rabastan Lestrange
Petit Moldu, petit moldu, tu t'es perdu ?

avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 21/04/2009

Pensine ¤
Gallions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une vague de colère (Pv Lily)   Sam 25 Avr - 21:20

    Les dernières marches qui la séparaient de la tribune la laissèrent pressentir qu'elle allait faire une rencontre peu agréable, là haut. Elle n'aurait su dire pourquoi, mis à part que les couleurs vertes et argent omniprésentes étaient peu rassurantes, mais l'envie de rebrousser chemin la gagna peu à peu. Seulement, elle n'était pas des oisillons timides qui regagnaient bien rapidement leur coquille, mais plutôt de l'inconscient qui tentait de s'envoler pour voir du pays. Aussi accéléra-t-elle délibérément le pas, sa curiosité éteinte par la monotonie du paysage de nouveau ravivée. La moiteur de l'air était toujours présente, ayant déjà, apparemment, infiltrée le bois et la pierre des murs. La jeune fille n'aurait pas été étonnée de voir tout cela s'effondrer d'un moment à l'autre. Mais de toute façon, il était bien exceptionnel qu'elle vienne ici. Même lors des matches, elle tentait de se tenir à distance, ayant déjà vécue quelques expériences désagréables avec les cognards mal lancés. L'animation dans laquelle elle flottait à présent avait presque réussie à lui faire oublier le cynisme qu'elle avait adopté quelques jours plus tôt, son visage prenant un soudain regain de couleur. Une fois face à la fine porte de frêne, la sorcière ouvrit la porte lentement, n'ayant pas la moindre envie de paraître sauvage en rentrant comme un rugbyman. Finalement, elle aurait peut-être dut ... Ses traits s'affaissèrent lorsqu'elle reconnut, à la place d'un personnage sympathique, un garçon aux allures mornes qui n'était autre qu'Evan Rosier. Elle ne le connaissait pas vraiment, mais tout de même assez pour dire qu'il était à Serpentard, peu agréable et un brin hypocrite. Il était rare qu'elle le croise à Poudlard, et de toute façon, leurs échanges n'étaient jamais bien amicaux. Aussi, faire face à un visage plein de mépris ne l'aurait pas surprise. Seulement, quand son regard croisa celui de Rosier, elle songea bien que n'importe qui aurait pu tressaillir. Dans ses yeux brillait une animosité qu'elle n'avait jamais vu, et les jointures de ses poings visibles avaient de quoi inquiéter quiconque. Mais elle avait déjà vu des états colériques bien pire et n'aurait pu avoir peur d'un gamin du même âge qu'elle, qui de plus, n'avait pas l'air bien dangereux. De quelques centimètres plus grand qu'elle, il donnait l'impression de vouloir la liquider sur place d'un simple regard. De grands rêveurs, ces Serpentard ... Lily fit mine de ne pas avoir compris qu'elle était indésirable et définitivement, scella son arrivée en s'asseyant sur le banc le plus proche de la porte qu'elle venait de franchir. Elle fixait de ses iris émeraudes son acariâtre compagnon et s'apprêtait à parler, lorsque celui-ci anticipa. Forcément, rien de très aimable ne sortit des lèvres du sorcier. Comment ça, partir ? Et si elle n'en avait pas envie ? Et bien, elle resterait. A en juger par le ton avec lequel il avait achevé sa phrase, il était à l'origine de l'explosion qui, apparemment involontairement, avait attirée la Gryffondor ici.

    - " Toujours aussi courtois, Rosier. Si tu ne t'amusais pas à faire sauter des bancs dès que l'envie te prenais, je ne serais pas là et tu pourrais ruminer ta solitude tout seul. Seulement, je n'ai aucune envie de partir, et moi non plus, je ne fais rien d'illégal. "

    Fidèle à elle-même, la préfète avait parlé avec un calme frustrant, étant d'une nature sereine et patiente. La grossièreté d'Evan devrait être réellement poussé pour la faire réagir. En effet, voilà maintenant six ans qu'elle s'était habituée aux quolibets et autres drôleries exquises des Serpentard, qui n'avaient, avouons-le, aucun autre moyen de se faire écouter que l'insulte. Son mental lui avait procuré une cape imperméable à toutes les invectives connues. Un sourire partagé entre l'arrogance et la simple joie s'esquissa sur son visage, regardant à présent le ciel. La couleur rosé qu'il avait lors de son trajet parc-terrain s'était maintenant métamorphosée en un bleu naissant, encore imprégné des marques de ses prédécesseurs. Une pointe de jaune faiblard par-ci, un orange effacé là-bas, en somme un camaïeu disparate. Le zéphyr passait et repassait entre les mèches rousses de ses cheveux, caressant son visage d'un doux sentiment de mélancolie. Certainement, mais en pareille compagnie, il valait mieux garder son célèbre masque incandescent. Oui, cet adjectif convenait bien. L'incandescence est censée représenter ce qui est rendu lumineux par une forte chaleur, et bien nous dirons que Lily était mise en valeur par son fort caractère. Voilà. Fort. LE mot qu'il lui fallait avoir omniprésent. Force, résistance, invulnérabilité ... Enfin, le faux schéma auquel elle s'efforçait de correspondre, quoi.

    Au moment où elle se releva, Rosier se rassit. Tant mieux, c'était un avantage en cas d'un éventuel duel. Par Merlin, rien de pire que de se battre sans être au meilleur de sa forme. Avant qu'il ne lui tourne résolument le dos, elle eut le temps de regarder un peu plus attentivement son visage. De lourdes poches avaient faites leur apparition au dessous de ses yeux. Il devait sans doute avoir des soirées animées ... Enfin, tout cela n'intéressait pas des masses la jeune fille. Ah, ha, ha, l'indifférence, encore et toujours, l'arme considérée comme infaillible par les verts et argent. Une fois de plus, ils avaient tort. Mais que voulez vous faire, face à l'idiotie incarnée ? Pas grand chose, assurément. La baguette toujours à la main, Lily se rapprocha de l'aigri personnage et, d'un geste mécanique, lui enfonça l'instrument de bois dans l'omoplate, qu'elle retira d'ailleurs de suite. Elle ne tenait pas à perdre de la salive pour rien et avait jugé bon de manifester sa présence, une nouvelle fois. Par précaution, elle recula a deux rangs de distance, tout en sélectionnant une place qui permettrait à sa voix de porter jusqu'aux tympans du jeune homme.

    - " Tu fais une de ces têtes. A vrai dire, je m'en fiche, mais qu'une personne aussi superficielle que toi laisse de vilaines cernes envahir son visage est inquiétant. Tu t'es pris un cognard ou c'est juste parce que c'est le matin ? "

    Elle s'interrompit quelques minutes puis poursuivit son récit, sans vraiment se rendre compte de la personne à laquelle elle parlait.

    - " Parce que si c'est ça, attend l'après-midi avant de te montrer, ça préservera ta réputation d'enjôleur", ajouta-t-elle en levant les yeux au ciel.

    En effet, un être aussi soigneux envers sa personne devait être gravement atteint pour oser sortir avec une mine aussi affreuse. N'en souriant pas moins, Lily se remit en question. Avait-elle fait le bon choix ? S'adresser ainsi à un parfait prototype de la maison était on ne peut plus maladroit. Elle ne craignait pas de s'attirer ses foudres, mais bien de le brusquer. Après tout, peut-être qu'une dispute ne lui ferait pas de mal.


Dernière édition par Lily Evans le Dim 4 Avr - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Rosier
Serpentard ¤~

avatar

Masculin Nombre de messages : 221
Age : 29
Date d'inscription : 26/02/2009

Pensine ¤
Gallions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une vague de colère (Pv Lily)   Sam 25 Avr - 22:39

Evan écouta la réplique d'Evans sans rien dire. Que pouvait-il dire de toute façon. L'avis de la jeune femme était limité, elle ne savait pas et ne pouvait pas comprendre. Son intelligence était réduite sur les choses concernant le monde des Sorciers. Jamais des gens comme les Gryffondors ne pourraient admettre qu'être un Serpentard était une épreuve de tous les jours. Garder son masque était la défense de chaque élève de la maison des verts... seulement, aujourd'hui, le masque d'Evan venait finalement de tomber... et toute sa haine contenue contre le monde l'entourant le gagna. Tout était si injuste. Tout était si cruel. Et vague de colère s'immisçait en lui, perfidement et refusait de s'apaiser. Penser à Sofia, penser au passé le rendait... dangereux. Evan avait toujours été doux, compréhensible, avec ses airs gentils et son côté enjôleur, il n'était craint de personne... Normalement tout du moins. Là, il transpirait l’aigreur. Jamais il n'avait senti sa magie avec autant de force. Et pourtant, là, sans baguette, il était sûr de pouvoir faire ce qu'il voulait.

Ses yeux bleus clair étaient à présent sombre, presque gris... comme une mer en plein orage. Et celui d'Evan ressemblait plus à une tempête. Quand il sentit le bout de la baguette d'Evans dans ses côtes, le jeune homme se mordit violemment pour empêcher de perdre le contrôle de sa magie comme tout à l'heure. Puis quand il entendit les répliques d'Evans, s'en fut trop, un autre banc explosa sans qu'il ne puisse se contrôler.

"J'ai été gentil Evans, j'ai essayé de te prévenir, mais je ne me contrôle pas. Et crois moi, tu n'auras jamais aussi peur de quelqu'un qui est incapable de contrôler sa magie, alors casse-toi!"


Puis, il se mit à prendre de longues et lentes inspirations et expirations, tentant de reprendre son calme. Il posa un regard rempli de mépris pour Evans et d'une voix cynique, il continua à lui parler. Ecoulant sa haine par sa voix, c'était plus fort que lui, il avait besoin qu'elle comprenne. Et même si pas, il avait besoin de dire et cracher cette haine qu'il avait contre le système qui l'entourait.

"Et de nous deux, je ne pense pas être la personne superficielle. Et au moins, j'ai la décence de ne pas être quelqu'un de limité, étroit d'esprit et imbu de moi-même. Parce que tu crois me connaître Evans, mais que sais-tu de moi? Que sais-tu de ceux de ma Maison?" Ironisa alors le jeune homme en ricanant.

"Je vais te le dire, je suis le Serpentard, donc je suis le méchant, je suis le coupable, je suis celui qui fait souffrir les pauvres petits Gryffondors... en vrai, cette Maison nous est indifférente, vous n'en valez même pas la peine, vous accordez notre haine serait présomptueux. Cependant, il y a des lois bien plus fortes qui dictent chacun de nos actes, nous n'avons même pas le choix... choisir nos amis et nos ennemis... quelle belle blague, quel nonsense" ricana Evan, puis son masque fana, une tristesse le gagna immanquablement, il était las de cette comédie.

Être Serpentard était trop dur. Il ne pouvait même pas aimer Sofia parce qu'elle était fiancée à un type dont le nom était plus important que le sien ! Il ne pouvait même pas choisir son futur métier, devant reprendre le poste de son père. Ses fréquentations étaient réduites. Les Serpentards vivaient dans un cercle réduit et malsain, parce que sortir de cette vague... c'était comme signé un arrêt de mort. Il ne pouvait pas protester... ce serait remettre en cause tout le système des Sang-Pur. Il eut envie de crier sa rage... mais encore une fois... son éducation le retint. Il ne pouvait pas craquer encore plus devant quelqu'un.

Il devait se reprendre, il était Evan Rosier bon sang! Il était un Sang-Pur, un Serpentard... et jamais il n'avait autant détesté sa condition qu'en ce jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rabastan Lestrange
Petit Moldu, petit moldu, tu t'es perdu ?

avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 21/04/2009

Pensine ¤
Gallions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une vague de colère (Pv Lily)   Lun 27 Avr - 14:21

    Lily laissa le Serpentard déblatérer quelques minutes avant d'être péniblement heurtée par sa manie de faire exploser ce qui n'était pas à lui. Les bancs appartenaient à Poudlard, et par conséquent au professeur Dumbledore. Qu'il ose détruire une partie du patrimoine du collège, aussi infime soit-elle, la mettait hors d'elle. Cette école était le seul lieu dans lequel le savoir s'était donné à elle sur un plateau d'argent. Dans le monde où elle était née, le monde des moldus, elle n'aurait pu apprendre grand-chose sur les sorciers, si ce n'était qu'ils volaient sur des balais, qu'ils portaient des chapeaux avec une araignée au bout et qu'ils avaient des baguettes avec des étoiles à leur extrémité. Enfant, elle ne pouvait qu'y croire, n'étant, en plus, que peu intéressé par la fête d'Halloween et par les pouvoirs d'êtres qui étaient sensés ne pas exister. Le surnaturel, l'étrange, l'univers après la vie ... Autant de mots mystérieux qui la faisaient frémir, petite. Pétunia s'amusait terriblement quand elle racontait à sa cadette des histoires de fantômes, la nuit tombée, en prenant bien soin d'éteindre la lumière, pour imiter de monstrueuses ombres en parallèle aux rayons lunaires. Recroquevillée sur elle-même, elle se rappelait avoir profondément souhaité offrir la plus belle peur de sa vie à sa soeur. Et c'est ainsi que se manifestèrent les premiers dons magiques de Lily.


    La nuit tombée, alors qu'un vent de tous les diables soufflait sur les arbres nus de la moindre feuille, la petite fille écoutait son aînée parler d'un film d'horreur qu'elle avait vu, avec des amies moldues. Suppliant la conteuse de se taire, l'enfant, excédée, ne parvint plus à se contrôler. C'est ainsi que la couverture, entourant les épaules de Pétunia, se dressa devant celle-ci en s'agitant, la maintenant parfois immobile, ballottée par les flots de tissu. De l'autre côté de la place riait Lily, manifestement peu consciente de ce qu'elle venait de faire. Elle aurait plutôt pensé à un monstre, ou quelque chose de pire, mais elle devait avouer que ce n'était pas mal non plus. Une chose était sûre, sa soeur ne recommencerait pas ...


    En repensant à tout cela, la jeune fille avait réussi à faire une totale abstraction de la présence du coléreux. Mais ses sarcasmes s'étendirent, et elle ne put poursuivre sa mélancolique traversée des souvenirs. Plus il parlait, plus elle devenait irritable. Et plus elle devenait irritable, plus elle menaçait de laisser éclater sa fureur. Car oui, si elle savait supporter les idioties de la plupart de ses condisciples, ce n'était pas la même chose lorsqu'il s'agissait de Poudlard. Ce n'était pas tellement ce qu'il disait qui l'embêtait, mais plutôt la manière dont il se comportait. Ecoutant d'une oreille bourdonnante ce qu'il disait, elle fut incapable de se contrôler et de ce fait, laissa échapper un rire discret. Pensait-il réellement l'effrayer ? N'avait-elle pas assisté à la transformation d'un humain en loup-garou ? Non, mais enfin, elle l'avait manqué de peu ! Même si sa vie n'avait jamais été trépidante au point de vivre de véritables sueurs froides, elle pensait avoir une vision concrète de la peur, des contraintes et surtout, du malheur. Durant son enfance, en plus des blagues stupides de Pétunia, elle avait vu Rogue vivre une vie peu convenable, sans qu'elle ne puisse rien faire. Et bien qu'il semblait reprendre des couleurs en sa compagnie, son teint pâle et ses sourires tristes permettaient de deviner que tout n'allait pas aussi bien qu'il le laissait penser.

    Soudain, quand Rosier demanda, sans vraiment attendre de réponse, ce qu'elle pouvait bien savoir de lui-même et de ceux de sa maison, une réplique toute faite vint vagabonder sur le bout de sa langue, mais elle n'en dit mot. Serpentard, irrémédiablement, cela impliquait Rogue. Et Rogue, ce qu'elle pensait de lui ... Un lâche, un traître et un menteur. Trois qualificatifs qu'il alliait à merveille. Dire qu'elle avait cru qu'il était l'exception des verts et argent ... Le seul qui aurait un bon avenir, le seul qui ne les trahirait pas, eux, les " sang-de-bourbe ", eux, les Gryffondor, eux, ceux qui croyaient en lui. Evidemment, concernant les Gryffondor, elle savait pertinemment qu'il ne changerait jamais d'avis et qu'il ne parviendrait jamais, tout comme elle, à supporter les maraudeurs et leurs fans.

    Mais aurait-elle osé songer à une trahison aussi profonde que celle provoquée en faisant référence aux origines de Lily. Celle-ci, ne voulant perdre la face lors de la dispute improvisée, s'était contentée de le vexer au plus haut point. Et bien qu'il se soit répandu en excuses, comment espérait-il qu'elle lui pardonne un acte aussi immonde ... Relevant la tête et abandonnant la contemplation du sol, pourtant bien passionnante, elle tenta d'avoir une vision plus extérieur de la maison du serpent. Mais, inévitablement, elle serait forcée de faire référence à ses élèves. Par exemple, en entrant en première année, un préfet-en-chef nommé Lucius Malefoy semblait être adulé de tout le collège. Se pavanant dans les couloirs, il se montrait désagréable et fortement déplaisant envers les plus petits. Dénigrant la faible pureté sanguine des sangs-mêlés, il avait pourtant accueilli Severus à sa table, ayant peut-être une idée de l'intelligence du garçon. Quel autre élève caractéristique des Serpentard avait-elle connu .. Hmm ... Bellatrix Black. Un an plus jeune que Malefoy. Une vraie déjantée, celle-là. Plus sadique ? Impossible. La voir sans sa baguette était comme James sans un vif d'or, tout à fait illogique. Une dingue doublée d'une Black, rien de pire, en fait. S'il y avait bien une chose qu'elle avait en commun avec Sirius, et c'était un détail très infime, c'était .. La couleur des cheveux. Sordide, mais vrai. Enfin, imaginez la conclusion de Lily face à de pareils êtres ...

    - " Ce que je pense de toi ? Je ne pense rien du tout, je ne te connais pas et n'en ai pas la moindre envie. Concernant ceux de ta maison, j'ai une vague idée. Menteurs, manipulateurs, hypocrites, lâches et prétentieux, voilà ce que vous êtes. Tous élevés selon le même code, tous de parfaits petits moutons de celui qui aura la famille la plus riche et la plus tordue. "

    Réflexion faite, c'était exact. Il pourrait bien lui reprocher de ne pas pouvoir juger sans tous les connaître, mais quelle perte de temps, quel cinéma ! Des examens de passages - classiques, certes, mais tout de même notés - avaient lieu à la fin de l'année. Elle aurait bien mieux à faire que d'étudier le " pourquoi du comportement provocateur et irrespectueux des disciples de feu Salazar ". Quelques mots jetés au hasard lui revinrent en tête, s'additionnant pêle-mêle à ceux qui sortaient maintenant de la bouche du jeune homme. Heureusement qu'elle avait l'habitude d'écouter dix personnes parler à la fois ...

    - " Superbe farce ! Tu peux te vanter d'avoir le sens de la comédie ! Toi, tu n'es pas étroit d'esprit ? Quelle découverte ! Non, parce qu'à moins que tu ne sois la perle rare des Serpentard, je te rappelle juste que ce sont vos ancêtres qui tuaient les nés-moldus, et qu'aujourd'hui encore, la majorité des mangemorts restent des Serpentard ! "

    Stupide mais tout aussi vrai que ses premiers dires. Même s'ils avaient tous le même patrimoine génétique, la majorité des sang-pur continuait d'exhiber ses veines comme si leur sang était pareil à celui d'une licorne. Lily n'avait jamais compris qu'ils puissent en être fiers. Statistiquement, il n'y avait pas assez de Sang Pur pour qu'ils puissent tous se marier sans qu'il n'y ait la moindre consanguinité. Par conséquent, bien que des anomalies génétiques aient étés évitées, certains enfants avaient des parents étant cousins, éloignés ou proches. C'était d'autant plus honteux que d'être né dans une famille moldue mais saine sous tout rapport. Enfin, que pouvait-elle faire, on naissait avec un cerveau ET de la matière grise, ou alors les livreurs oubliaient ces cellules, que voulez-vous.

    Finalement, il répondait lui-même à sa question. Patiemment et le plus calmement possible, elle écouta la voix du sorcier, toujours aussi sarcastique, se présenter à sa manière. Du tac au tac, les phrases fusèrent.

    - " Rosier. La question n'est pas de pouvoir choisir ses amis et ses ennemis. Peut-être te crois-tu contraint de suivre telle ou telle personne, mais depuis des millénaires, l'humain agit ainsi : il adhère au groupe qu'il pense avoir les mêmes idéologies et les mêmes rêves que lui. Il allie son envie de domination au règne partagé. Il cherche à atteindre son but en puisant auprès des autres. N'est-ce pas plus simple de militer pour un parti que l'on sait soutenu par dix mille autre entités qu'uniquement par nous-même ? "


    Un tel revirement de pensées intrigua la jeune Evans. En appliquant un raisonnement qui était le sien, tout s'expliquait par ce simple terme : regret. Regrettait-il d'être ce qu'il était, un Serpentard extrémiste, totalement aveuglé par l'idée qu'il se fait d'une bonne et vraie société sorcière. Ou alors, sa propre attitude le dégoûtait et il tentait tant bien que mal de se justifier, en prétextant qu'il était né ainsi et qu'il n'avait pas le choix ? Un grand homme disait - le reconnaîtrez-vous ? - que ce sont nos choix qui montrent qui nous sommes. Evan avait-il pris conscience de cette phrase et tentait-il de s'en défaire, de s'expliquer auprès d'elle ? Et, de plus, ne disait-on pas que ce qui différenciait l'homme de l'animal était sa capacité à faire des choix ?

    En méditant cela, Lily songeait qu'elle aurait bien aimé pouvoir le lui dire, le lui expliquer. Mais à tous les coups, il avait dit cela comme ça et ne l'écouterait pas, elle, une Gryffondor qu'il jugeait sans doute inférieure - née moldue oblige. Pourtant, elle se résolut à ajouter quelques mots, qu'il les écoute ou pas.

    - " Et vos ennemis ... Par vos principes, par vos jugements et par votre comportement, vous vous créez sans même vous en rendre compte une ligue entière d'ennemis. En détestant les nés-moldus, les traîtres à leur sang et les sang-mêlé, il ne vous reste plus qu'une infime possibilité pour choisir ceux qui seront vos confidents, vos amis, tout simplement. Et chez vous, c'est bien connu, vous vous regroupez en petite bande. Votre simple orgueil vous prive d'une lucidité pourtant frappante. Et vous êtes tellement radicaux dans vos à-priori que vous n'êtes plus qu'une petite quinzaine, de quoi se sentir isolé, pas vrai ? "


Dernière édition par Lily Evans le Dim 4 Avr - 16:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Rosier
Serpentard ¤~

avatar

Masculin Nombre de messages : 221
Age : 29
Date d'inscription : 26/02/2009

Pensine ¤
Gallions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une vague de colère (Pv Lily)   Lun 25 Mai - 12:07

Evan éclata de rire et secoua la tête, tordant, vraiment, véritablement, elle ne comprenait rien, elle se permettait de parler d'effet de groupe mais c'était elle qui le subissait. Elle voyait tous les Serpentards comme des extrêmistes avides de pouvoir. Pour le avide de pouvoir, sans doute, fier, c'était tout à fait vrai, mais dans la plupart des cas, les Serpentards ne s'intéressaient même pas aux autres élèves des autres maisons, ils ne se sentaient pas le besoin convulsif de montrer leur supériorité, ils les laissaient vivre leur vie. Bien sûr, leur réputation se fondait sur des imbéciles tel que Malfoy, Lestrange et Black, les familles les plus Serpentardesques. Les autres Serpentards n'en avait rien à faire puisqu'au, leurs familles ne reposaient pas que sur une maison. Cependant, Rosier, lui, n'en avait rien à faire, comment le pourrait-il de toute façon? Ses parents étaient des purs Serdaigles ouvert depuis le début au Moldus et aux enfants des Moldus.

Mais apparemment, Evans ne comprenaient pas tout à fait. Les Sang-Pur étaient des gens très fiers, trop dirait certain mais peut importe. Jamais certaines familles n'accepteraient de se soumettre à quelqu'un, leur famille était beaucoup trop arrogante. Les Prewett par exemple, parfait Sang-Pur ayant appartenu à toutes les Maisons ne pourraient se mettre à la solde de quelqu'un. Les Greengrass étaient trop arrogant ne supporterait même pas l'idée de ne pas être les meneurs. Par contre, les Black et les Malefoy étaient tellement dans la Magie Noir que le simple fait de tuer la vermine étaient très tentant pour eux.

Puis, quand il entendit sa description du Serpentard, Evan eut un sourire en coin et secoua la tête et se passa la main dans les cheveux.

"Tu parles de qui là encore? Des Serpentards ou des Sang-Pur?"
Ricana alors le jeune homme.

Tous les Sang-Pur, ils s'étaient tous connus plus jeune, ils s'étaient tous jugés, avaient essayé de se tenir plus droit pour se montrer supérieur, tous éduquer selon leur réputation familiale. Les Potter, parfait défenseur de la femme et de l'orphelin... qui étaient pourtant assez fier de leur arbre généalogique uniquement fait de Sang-Pur. Les Black, diaboliquement dangereux et malsain. Les Malfoy, maître des Serpentards. Les Weasley, défenseur des Moldus... sans toutefois se marier avec, regarder mais pas toucher.

"Ne crois pas que les Sang-Pur de ta Maison ne soit pas une menace, si jamais leur famille leur ordonne de suivre l'encagoulé, ils n'auront pas le choix... en tout cas, s'ils tiennent à rester en contact avec leur famille et s'ils ne veulent pas être déshériter. A part Black, jamais personne n'a jamais osé élever la voix contre les décisions prises par le patriarche de nos famille..."
son regard se fit froid en disant cela.

Les souvenirs de son enfance refaisait surface. Le jeune homme eut une pensée pour Ethan... son frère jumeau... son Cracmol de frère... Un frisson secoua alors le jeune Evan. Il se rappelait comme si c'était hier la première fois qu'il avait fait de la Magie, il avait été tellement fier! Il avait 7 ans à l'époque, il avait fait un bond de trois mètres pour atteindre un fruit dans un arbre. Il s'était senti fort et puissant... beaucoup moins pour la descente mais ça, c'était une autre histoire. Le soir même, il l'avait raconté à son grand-père. Celui-ci l'avait félicité et s'était tourné vers Ethan pour savoir s'il avait aussi fait de la magie... le jeune Ethan avait juste secoué négativement la tête... puis le temps était passé, et Ethan ne produisait toujours pas de Magie, cela inquiétait mes parents... sans que je sache véritablement pourquoi et mon grand-père était de plus en plus froid et odieux avec mon frère. Je me rappelle une fois avoir essayer de le défendre contre lui... et mon dos garde encore de longues et fines cicatrices. J'ai appris une leçon de cette histoire, on ne se révolte et on ne contredit jamais son patriarche de famille. La réception de la lettre de Poudlard n'a pas provoqué chez moi un sentiment de joie... mon frère n'en avait pas reçu... c'était un Cracmol... et mon grand-père fit ce que tous les Sang-Pur font dans ces cas-là... deux choix, cacher l'abomination au sein de la famille pour toujours ou... l'abandonner et lui lancer un sortilège d'Oubliette... mon grand-père avait choisi le deuxième choix. En un jour, j'avais perdu mon jumeau, mon autre "moi", j'avais crié, j'avais pleuré, mon grand-père m'avait giflé en me criant que je n'avais pas de raison de pleurer, je n'avais jamais eu de frère. Ma mère m'avait simplement caresser les cheveux pour me calmer. Ses caresses m'avaient dégoutées, elle n'avait même pas été capable de défendre son fils...

Quoiqu'il en soit, aujourd'hui je vivais comme fils unique des Rosier, j'essayais de ne plus penser à Ethan... j'espérais simplement que sa vie était plus simple et moins dur pour lui. Je n'avais jamais osé aller le chercher, j'avais toujours eu trop peur de la réaction de mon grand-père. Mais je sais que beaucoup de Sang-Pur sont dans mon cas, ils ont trop peur de leur grand-père pour oser les contredires. Car nos grand-père, plus que nos parents, ont des penser peu développer. Mon grand-père veut que je travail au Ministère, au niveau de la Justice, c'est donc ce que je devrais faire. Devenir le défenseur... ironique, surtout que je n'avais jamais su défendre mon frère... comme je n'avais pas su défendre mon rêve... Sofia.

Puis, quand il entendit la voix d'Evans, il cligna des yeux, reprenant pied avec la réalité puis il secoua la tête.

"Tes ancêtres ont brûler tous les gens qu'ils croyaient sorcier je te ferais remarquer. L'Inquisition chez les Moldus a été plus meurtrière que nos quelque duels. Et la majorité des Mangemorts sont des Sang-Pur extrêmistes. Ou alors des Sang-Mêlé craintif de dévoiler leur lignée. "

En attendant son explication, Evan secoua la tête. Et lentement, très lentement, il détacha un à un les boutons de sa chemise, il la laissa tomber sans plus de cérémonie. Il voyait bien la surprise de la rousse devant ce qu'il était entrain de faire, mais peut lui importait. Il lui tourna alors le dos, dévoilant de longue et fine cicatrice.

"Voilà la réponse qu'on nous donne quand on essaye de prendre nos propre choix. Personnellement, je n'aimerais pas voir le dos de Black. On adhère pas Evans, on n'a pas le choix. Le système des Sang-Pur et de leurs toutes puissances a été mis en place depuis trop longtemps. Pourquoi crois-tu que jamais aucun née Moldus n'a pu atteindre le poste de Ministre ou un haut poste tout simplement? C'est à cause de la fierté des Sang-Pur. Mais pas que les vils Serpentards. Pour le Ministère, on parle des Potter, des Prewett, des Fudge etc... le monde dans lequel tu évolues est beaucoup plu ficelé que tu ne le penses."

Evan reprit alors sa chemise et la remit calmement Evan en reboutonnant son bien. Une fois fait, il la regarda avec pitié, avait-elle enfin compris? Elle vivait dans un monde qui était dictée, dans un monde où les enfants n'avaient pas beaucoup de choix. Mais Evans avait encore de la chance, elle était une Sang-de-Bourde détestée mais elle avait la protection de Potter. Par son nom, il arrivait à éloigner les jaloux de la jolie rousse, mais en avait-elle seulement conscience? Evans était Préfète, déjà de un, ça avait vexé les filles au Sang-Pur de sa maison. De deux, un Sang-Pur, et pas n'importe lequel, Potter, lui courrait après, d'office elle attisait la jalousie de toutes les Sang-Pur de Poudlard qui aurait voulu un mariage avantageux avec un Potter. De trois, elle était beaucoup plus intelligente que la moyenne, cela vexait les Sang-Pur en général, filles ou garçons, beaucoup trop fiers pour admettre qu'une fille au Sang-Impure puisse les battre.

Puis, elle reprit de nouveau la parole, cette fille aimait parler, Evan poussa un soupire ennuyé mais écouta tout de même, bien sûr, ça se tenait. Sauf un truc.

"Quel traîte à leur Sang? Les Weasley? Mais les Weasley ont toujours été... eux. Il n'y a que Malfoy pour les provoquer. Et puis, ils ne sont pas si traîte que ça, il n'y a toujours que des Sang-Pur dans leur famille. Et puis, Tante Muriel est très extrêmiste. On est pas si restreint non plus Evans. Je veux bien être un Serpentard mais je reste le premier Rosier à faire partie de la Maison des Verts et Argents, mon parrain est un Sang-Mêlé, on peut être ami avec eux... mais on ne peut juste pas se marier avec..." soupira alors Evan en se rappelant son entrevue avec la tante de sa mère...

Tante Muriel... grrr... Evan eut un frisson dégouté en repensant à elle. Il se frotta nerveusement l'avant-bras. Puis, il regarda au loin, méditant ses paroles et celle de la Préfète. Il faisait un peu moins froid qu'au début, la chaleur ambiante avait quelque peu augmentée. Evan regarda alors autour de lui et vit avec désolation les débris de banc. Le jeune brun prit alors sa baguette et répara les dégâts sans trop de problèmes.

"Oh et Evans, je ne t'ai rien dit aujourd'hui!" dit sérieusement Evan en regardant la préfète dans ses yeux verts.

Si jamais quelqu'un apprenait tout ce qu'il venait de révéler... son grand-père risquait de se défouler encore une fois sur son dos. Et Evan avait assez souffert une fois. Il n'avait pas envie de recommencer l'expérience désagréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une vague de colère (Pv Lily)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une vague de colère (Pv Lily)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La colère.
» Petite excarpate [PV: Vague Hirondelle et Cannabis]
» [Fiche d'île] Amazon Lily
» La colère d'un père
» Quand on est au creux de la vague...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maraudeur's Time :: Recensement n°2 - Mars 2010-
Sauter vers: